TOBIAS MORETTI

TOBIAS MORETTI

Die Bernauerin

« Chum, chum,

Chum, chum »

 

Da hören's die andern,

Die singen und schwingen :

 

"Wilkumm, wilkumm

Wikummen Willkumm"

 

Die kleinen, die kleinsten,

Wissen's schon besser,

Die ham di  derspecht',

Die singen

 

« Duchessa, duchessa,

Duchessa ! »

 

Itzt reitn wir über die hülzerne Bruckn,

Die Bohlen und Balkn,

Die dröhnen und schlagn

Und drunter rauscht's Wasser

 

"Duchessa, duchessa"

 

Was blasen s' dadrinnen

Dadrin in der Stadt

-         Lärm, Laut geht auf ! –

Pusunen und Drumben

Mit großern Schall.

Sie blasen den Tripel,

Purdaunen viel,

Und die Sumbern,

Die rumpern

Und pumpern,

Und Flauten dullatzen :

 

« Duchessa, duchessa,

Duchessa, duchesse ! »

 

-         Und immer die Glockn ! –

 

Und über uns weit

Steht blauen der Himmel.

Und Wolken, schloweiße

Baut hochauf der Wind.

Die Wolken, die störzen

Und kreisen und balln si,

Und horn auf die Glockn

Die singenden Türm

Sie freun si unbandig,

Sie tummeln und turren

Und turmen si auf,

Und schreiben ins Blau

Eine himmlische Gschrift :

« Duchessa, duchessa ! »

Weiß, weiß,

Weiß in Blau :

« Duchessa, duchessa,

Duchessa, duchessa ! »

 

 

Agnes :

Was is na dös Heimliche,

Was s'alle sagn ?

 

Albrecht :

Duchessa, duchessa !

 

Texte français :

« Chum, chum,

Chum, chum »

 

Là, les autres l'entendent,

Ils chantent et se balancent :

 

« Bienvenue, bienvenue,

Bienvenue, bienvenue

 

Les petits, les plus petits,

Le savent déjà mieux

La maison du pivert

Ils chantent :

 

« Duchesse, duchesse,

Duchesse ! »

 

Maintenant, nous chevauchons sur les ponts en bois,

Les madriers et les poutres,

Ils grondent et se battent

Et en dessous, l'eau bruisse

 

«Duchesse, duchesse »

 

Que souffle t'on là-dedans,

A l'intérieur de la ville

- Le Bruit, le son se lève –

Les trombones et les tambours

Avec un son exceptionnel ,

Ils soufflent en trio,

Beaucoup de douceur

Et ils bourdonnent,

Ils font du tapage

Et se battent,

Et le calme de nouveau :

 

« Duchesse, duchesse,

Duchesse, duchesse ! »

 

-         et toujours les cloches –

 

Et bien au dessus de nous,

Le ciel est bleu.

Et les nuages, tout blancs,

Se construisent avec le vent.

Les nuages, qui tombent

Et tournoient et se pressent

Et la corne sur la cloche,

La Tour chantante

Ils se réjouissent énormément

Ils s'ébattent et virevoltent,

Et s'entassent

Et écrivent en bleu

Une céleste inscription :

« Duchesse, duchesse !'

Blanc, blanc,

Blanc en bleu

« Duchesse, duchesse,

Duchesse, duchesse ! »

 

 

Agnes :

Cela ne somnole-t'il pas en secret,

Ce que tous disent ?

 

Albrecht :

Duchesse, duchesse !

 

English text :

Chum, chum »

 Chum, chum,

 

There, the others hear it,

They sing and swing

 

Welcome, welcome

Welcome, welcome

 

The small ones, the smallest ones,

Know it already better,

The home of the woodpecker,

They sing

 

"Duchess, Duchess,

Duchess!"

 

Now, we ride on the wooden bridges,

The planks and beams,

They roar and fight

and under, the water rustles

"Duchess, Duchess"

 

 

What blows over there?

Inside the city?

The noise, the sound comes up!

Trombones and drums

With an exceptional sound,

They blow in trio,

very softly

and they buzz,

they make a lot of noise,

 

and they fight.

 

And then all is calm again.

 

"Duchess, Duchess,

Duchess, Duchess!"

 

And always the bells!

 

 

And far above us

Is the blue sky.

And the wind high up there

builds white clouds.

The clouds, which fall and

swirl and rush,

and the horn on the bell,

The singing tower

They rejoice freely,

They romp around and they cavort and spin

And pile up

And write in blue

A heavenly word :

"Duchess, Duchess!"

White, white,

White in blue :

"Duchess, Duchess,

Duchess, Duchess!"

 

 

Agnes:

What is that secret

which they all say?

Allbrecht:

Duchess, Duchess



18/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres